OCDaniel

(Par Wesley King)

(Par Wesley King)

Tout d'abord, je suis désolé de ne pas avoir publié depuis un certain temps (plusieurs mois). J'étais occupée par une pièce de théâtre que je dois écrire pour mon ancien professeur d'art dramatique. La pièce en question est toujours en cours de rédaction, mais je prends le temps d'écrire à propos d'un coup de coeur qu'il me semble nécessaire de présenter. C'est un des premiers livres que j'ai lus en anglais (je crois qu'il n'a pas encore été traduit en français), alors je vous prierais de ne pas être trop dur(e)s s'il s'avère que je n'ai pas entièrement compris l'histoire.

Daniel is the back-up punter for the Erie Hills Elephants. Which really means he’s the water boy. He spends football practice perfectly arranging water cups—and hoping no one notices. Actually, he spends most of his time hoping no one notices his strange habits—he calls them Zaps: avoiding writing the number four, for example, or flipping a light switch on and off dozens of times over. He hopes no one notices that he’s crazy, especially his best friend Max, and Raya, the prettiest girl in school. His life gets weirder when another girl at school, who is unkindly nicknamed Psycho Sara, notices him for the first time. She doesn’t just notice him: she seems to peer through him.

Then Daniel gets a note: “I need your help,” it says, signed, Fellow Star child—whatever that means. And suddenly Daniel, a total no one at school, is swept up in a mystery that might change everything for him.

With great voice and grand adventure, this book is about feeling different and finding those who understand.

OCDaniel est un livre qui, par son seul titre, nous présente très bien son thème : le OCD (obsessive-compulsive disorder) ou TOC (trouble obsessionnel-compulsif), en français, ainsi que la place immense qu'il occupe dans la vie des gens qui en sont atteints: l'acronyme OCD est même inclus dans le nom de Daniel (même si on découvre plus tard que ce n'est qu'un surnom donné par une amie).

N'étant pas atteint de TOC et n'ayant jamais rencontré quelqu'un qui (à ma connaissance) le vivait, je n'avais pas une idée très claire de ce que c'était ou de ce que l'ont ressentait en l'expérimentant. Ce livre m'a à la fois ouvert les yeux et brisé le coeur lorsque j'ai vu ce qu'était réellement une personne attaquée par les compulsions. Car c'est exactement ce que sont les compulsions, une attaque qui vient de sa propre personne et, comme l'explique le personnage principal, c'est extrêmement perturbant: "It's funny to be prisoner of yourself. Like you're being bullied by your own mind and you're afraid of it, but it's also you and it's extremely confusing."

Comme vous pouvez le voir dans cet extrait, la narration n'a rien de triste ou de dépressif, on pourrait même la qualifier de légère si on ne ressentait pas la détresse de Daniel si vivement, même avec des phrases simples et dénuées d'exagération. Grâce à l'écriture de l'auteur, tout le monde, TOC ou non, se reconnaîtra un peu en Daniel, un garçon vulnérable, seul face à la cruauté des Zaps (c'est ainsi qu'il nomme ses compulsions, car il ne sait pas qu'il souffre de TOC). 

Ce que j'aime dans ce livre, c'est que l'auteur ne s'est pas contenté de dépeindre une réalité méconnue, mais s'est dépassé afin d'offrir au lecteur un récit aux thèmes multiples. Car Daniel n'a pas seulement un TOC, mais également le sentiment de ne pas vraiment être à sa place nulle part (ce qui est bien exprimé dans le livre qu'il écrit: The Last Kid on Earth), le sentiment qu'il est seul dans sa "folie" et que personne ne le comprendra jamais. Il passe ses journées et ses nuits à cacher son TOC, son "anormalité", ce "défaut de fabrication" qui le ferait passer de "quasi-populaire" à "comme Psycho Sara", s'il devait être découvert.

Ce roman comporte également un côté "roman policier" puisque Daniel aide le Fellow Star child à investiguer sur un crime. Il faut tout de même avouer que cette partie est la moins développée. Du moins, j'ai deviné assez facilement la fin de l'enquête, mais peut-être est-ce seulement parce que je lis beaucoup?

Finalement, le côté qui m'a un peu déçu est l'aspect "roman-pop" (je ne sais même pas si ce terme existe) du personnage principal, un garçon maladroit avec les filles, ami avec la star de football du lycée, avec un grand frère mille fois plus cool que lui... Bref, je crois que vous pouvez compléter le portrait. Il y a pas mal de clichés (il ne manquerait plus que son meilleur ami sorte avec une pompom girl!), mais je n'en tiens pas rigueur à l'auteur puisqu'il a également créé la petite soeur de Daniel, Emma, qui est adorablement atypique. 

Je crois vous avoir assez intéressé(e)s (j'espère que je ne vous ai pas trop découragé(e)s avec le dernier paragraphe). Je recommande ce livre autant à ceux qui vivent ou côtoient le TOC qu'à ceux qui n'y connaissent rien, pour ne plus se sentir seul ou pour comprendre cette condition particulière. Bonne lecture (que ce soit ce livre en particulier ou non, j'imagine que vous lisez dans la vie en général).

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Thème Magazine -  Hébergé par Overblog